Ouest france / édition du 5/12/2018.

Un nouveau rendez-vous mensuel pour les véhicules d'époque

Le bureau a présenté aux adhérents le projet d'une nouvelle sortie, pendant le troisième trimestre 2019.
Le bureau a présenté aux adhérents le projet d'une nouvelle sortie, pendant le troisième trimestre 2019. |

Dimanche, lors de son assemblée générale, l'association des Autocyclettes doloises, présidée par Philippe Ruaux, a présenté un bilan positif de l'année 2018. Avec, en point d'orgue, une participation active, lors de la réception du Tour de Bretagne des véhicules anciens, à Épiniac.

Les 73 membres de l'association ont évoqué 2019, avec un nouveau rendez-vous mensuel, pour tous les amoureux des véhicules de collection. « Nous proposerons à tous les amateurs de véhicules anciens de se retrouver chaque troisième dimanche du mois, à 10 h, place Chateaubriand. Cette rencontre est ouverte à tous. »

Une bonne occasion aussi, pour le public, d'admirer à date fixe un beau patrimoine automobile. Les adhérents du club restaurent de nombreuses voitures dans un local spécifique, qui est en cours de réaménagement.

Le 17 février, bourse expo ; les 6 et 7 avril, Rétro salon à Rennes ; le 28 avril, Journée nationale des véhicules d'époque ; le 12 mai, balade grands-mères ; le 2 juin, ronde de la Baie, et le 1er septembre, 27e promenade champêtr

 

Dol-de-Bretagne

Les voitures de collection toujours dans le vent

L'exposition de deux voitures de collection, dans le centre commercial, et d'une moto de collection, a eu du succès. Dimanche, les amateurs des véhicules de collection seront gâtés. | 

Par Ouest-France

Modifié le 17/02/2018 00h40

Publié le 15/02/2018 01h45

Dimanche, la 26e bourse d'échanges des pièces automobiles de collection présente une exposition sur le thème « Évolution des véhicules, de 1920 à 1980 ».

Mardi, l'Association des autocyclettes du pays dolois a fait un mini-salon, dans le centre commercial Super U, à Dol.

Cette entrée en matière, en vue de l'exposition de dimanche, a connu un beau succès. Yves, Denis et Jean-Yves, des collectionneurs passionnés, étaient à leur affaire pour échanger avec le public.

« Il y a deux ans, je cherchais une voiture ancienne. C'était un vieux rêve. Mon choix s'est porté sur cette magnifique Triumph, qui était dans un état remarquable », explique Denis.

Dans le même temps, Yves achète une vieille 4 CV, roulante, mais à reprendre dans sa totalité. « Je l'ai ramenée à Dol-de-Bretagne, et je l'ai totalement refaite : frein, moteur, carrosserie. Une fois terminée, j'ai construit cette remorque mono roue, très en vogue dans les années 1950. »

Les deux amis sont, avec Jean-Yves, des adhérents de l'association doloise, qui compte 70 sociétaires.

La règle veut qu'une voiture, achetée dans son jus, soit, si possible, restaurée au sein de l'atelier de l'association.

Des véhicules d'hier sur les routes de demain

Depuis ces dernières années, la législation, en termes d'assurances voitures de collection, s'est assouplie, mais cependant les collectionneurs sont inquiets.

« Certaines grandes métropoles voudraient interdire la circulation des voitures anciennes, sous prétexte de pollution », explique Philippe Ruault, le président de l'association.

Les voitures de collection roulent généralement 1 000 km par an. Leur taux de pollution représente 1 % de l'ensemble des véhicules roulants.

« Nous sauvegardons le patrimoine industriel automobile, et, à ce titre, notre Fédération française des véhicules d'époque, est reconnue d'utilité publique », souligne Philippe Ruault.

Ce qui préoccupe tous les collectionneurs, c'est de trouver des pièces d'origine, comme les pneumatiques par exemple.

Pièces de rechanges

« Des fabricants refont bien des moules, mais c'est assez onéreux, et le problème est le même avec les systèmes d'éclairage. »

Certaines pièces, refaites en Chine, par exemple, ne présentent pas la fiabilité requise. D'où la nécessité, pour les collectionneurs, des bourses d'échanges, comme celle organisée à Dol. Le simple profane se promènera au milieu de véhicules emblématiques, marqueurs d'une époque.

Dimanche 18 février, salle multisport, rue des Tendières, à Dol-de-Bretagne. Entrée gratuite. Restauration rapide et buvette.

Dol-de-Bretagne

Une moto à gagner, à la tombola

La moto est prête. L'heureux gagnant n'aura plus qu'à l'enfourcher s'il a son permis moto A1. | 

Par Ouest-France

Modifié le 17/02/2018 01h37

Publié le 15/02/2018 00h13

C'est une tradition, initiée par les organisateurs de la bourse d'échanges de l'Association des autocyclettes du pays de Dol : mettre en jeu un véhicule ancien comme premier prix, lors d'une grande tombola.

Cette année, une moto 125 Motobécane, D 45 B, avec vitesse sur le côté, suspension avant à ressort, et un siège remis à neuf, est à gagner.

L'heureux gagnant, s'il veut rentrer chez lui avec son lot, devra naturellement penser à amener un casque, et posséder le permis ad hoc.

Pour gagner ce premier prix de la tombola, le système est simple. Il suffit d'acheter des billets, qui seront proposés pendant la bourse d'échanges de dimanche.

À Dol-de-Bretagne, les voitures de collection toujours dans le vent

Modifié le 14/02/2018 à 18:16 | Publié le 14/02/2018 à 18:16

Écouter

  • L'exposition de deux voitures de collection, dans le centre commercial, et d'une moto de collection, a eu du succès. Dimanche, les amateurs des véhicules de collection seront gâtés. | Photo Ouest-France

Ouest-France

Dimanche 18 février, la 26e bourse d’échange des pièces automobiles de collection, à Dol-de-Bretagne, présente une exposition sur le thème « Évolution des véhicules, de 1920 à 1980 ».

Mardi 13 février, l’Association des autocyclettes du pays dolois a fait un mini-salon, dans le centre commercial Super U, à Dol-de-Bretagne. Cette entrée en matière, en vue de l’exposition de dimanche, a connu un beau succès. Yves, Denis et Jean-Yves, des collectionneurs passionnés, étaient à leur affaire pour échanger avec le public.

« Il y a deux ans, je cherchais une voiture ancienne. C’était un vieux rêve. Mon choix s’est porté sur cette magnifique Triumph, qui était dans un état remarquable », explique Denis.

Dans le même temps, Yves achète une vieille 4 CV, roulante, mais à reprendre dans sa totalité. « Je l’ai ramenée à Dol-de-Bretagne, et je l’ai totalement refaite: frein, moteur, carrosserie. Une fois terminée, j’ai construit cette remorque mono roue, très en vogue dans les années 1950. »

Les deux amis sont, avec Jean-Yves, des adhérents de l’association doloise, qui compte 70 sociétaires.

La règle veut qu’une voiture, achetée dans son jus, soit, si possible, restaurée au sein de l’atelier de l’association.

Dimanche 18 février, salle multisport, rue des Tendières, à Dol-de-Bretagne. Entrée gratuite. Restauration rapide et buvette.

 

Dol-de-Bretagne
Trouver son Graal grâce à la bourse d'échange

Ces jolies mécaniques sont exposées à la salle des sports. |
Par Ouest-France
Modifié le 20/02/2018 02h58
Publié le 18/02/2018 02h01
Delage, Rosengart, Hotchkiss, Peugeot, Simca 5, entre autres, sont exposées à la salle des sports. Les collectionneurs pourront même trouver des pièces d'origine.
« Tout est dans la conduite. Au volant de ces belles machines, impossible de quitter la route des yeux. Leur mécanique est sensible, mais elles vivent. Elles vibrent », assure Philippe Ruault, président de l'association Autocyclettes du pays dolois.
Ces vieilles dames étaient dotées de freins à câble et d'embrayages mécaniques. Tout, ou presque, fonctionnait manuellement. « De vrais petits bijoux, qui se réparaient aisément. Le moteur était accessible, simple. Certes, plus rustique que ceux d'aujourd'hui. Ils avaient un bruit, une âme, une personnalité. »
« L'automobile a perdu son originalité esthétique »
Philippe Ruault fustige les voitures d'aujourd'hui pleines d'électronique, irréparables pour le profane, qui cachent pudiquement leur moteur sous une coque plastique.
« L'automobile d'aujourd'hui a perdu son originalité esthétique de naguère. Les voitures se ressemblent. Elles tiennent plus du produit que de l'objet original que l'on s'approprie. »
En 1930, Pierre Jules Boulanger décide de créer la première voiture « populaire », la 2 CV. « Mais la guerre de 1939-1945 a freiné une révolution technique, qui avait débuté en 1934, avec la sortie de la Traction avant. »
C'est après la guerre, en 1948, que sort la première 2 CV. Une auto devenue emblématique. Cette année, elle fête ses 70 ans. Quant à la Méhari, avec sa coque en plastique, elle souffle ses 50 bougies. « Elles sont toujours très recherchées par les collectionneurs. »
Tous les ans, les Autocyclettes organisent une sortie baptisée, Balade des grands-mères. Au fil des arrêts, elle remporte un grand succès auprès du public. Un public de collectionneurs plutôt masculin, qui est un peu celui de M. Tout le monde. « Les femmes collectionnent plutôt les motos anciennes. »
Le problème de tout collectionneur est de trouver la pièce d'origine dans son emballage, « le Graal pour les collectionneurs ». Il est peut-être caché dans la cité doloise.
Ce dimanche, de 8 h à 18 h, à la salle des sports, rue des Tendières. Entrée gratuite.

 

 

 

24e Ronde de la Baie - 05 juin 2016

20160605